samedi 26 janvier 2019

25 janvier 2019

Diaire

 

PAROLE DE DIEU

Marc 3,21 : Ils affirmaient : « Il a perdu la tête. » 

Lectiomélie : Avant de juger quelqu’un il faut commencer par se dire qu’il est un mystère : « Ce qui se produit à l’intime de la personne est voilé aux yeux de tous ceux qui sont à l’extérieur. » (Veritatis splendor 57)

 20190126 Christ

AGENDA

* Messe de la Saint-Vincent tournante de Vézelay.

 

20190127 VézelayFête de la Saint Vincent – 26 janvier 2019

Homélie – Vézelay

 

 « Moi, (dit Jésus) je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron. » Nos vignes, toutes nos vignes ne seraient-elles pas de vraies vignes ? Nos vignerons ne seraient-ils pas de vrais vignerons ? J’espère que non ! Nos langues et nos palais auraient tôt fait de s’en apercevoir. Nos appellations ne sont-elles pas là pour certifier la qualité qui fait la réputation des vins de Bourgogne ! En fait, nous devrions être très fiers que le Seigneur lui-même se compare à une vigne. Il a jugé que c’était une très belle image pour dire quelque chose de Lui, de son mystère personnel, de sa vie, de son Père et de nous-mêmes, comme sarments. Puisque je ne doute pas de l’intelligence du Christ ni de la pertinence de ses choix, il y a tout intérêt à contempler ce qu’il a lui-même dû contempler pour nous offrir cette parabole. La vigne, les vignes, nos vignes ont une grande valeur, une grande beauté, une grande inspiration. Elles peuvent nous suggérer quelques réflexions ce matin. À condition de commencer d’abord par notre propre travail de vigneron.

         Aujourd’hui l’hiver s’est installé, la vigne se repose. La vignification se termine. C’est le moment de tailler la vigne. Les sécateurs sont passés à l’action. Dans le froid et le calme des champs ou des coteaux, le vigneron « taille tôt, taille tard… » selon le dicton. Ouvriers agricoles et vignerons taillent inlassablement les rameaux pour donner à la vigne sa vigueur prochaine. La vigne est une liane qu’il faut réduire en permanence pour l’inciter à faire du raisin. Le vigneron la taille en laissant seulement quelques bourgeons d’où partiront les futurs rameaux. Il détermine ainsi sa forme et approximativement le nombre de grappes qui en sortiront. Durant la taille, le vigneron prend le temps d’observer chaque pied. Il repère ainsi les maladies et analyse comment la vigne pousse à l’endroit où elle se trouve.

         Tailler ce n’est donc pas forcément faire mal, exclure ou écarter. C’est d’abord donner vigueur à l’ensemble. Si nous ne taillons pas dans nos richesses nous risquons parfois d’exclure ceux qui n’ont rien, d’étouffer dans nos suffisances, et de perdre aussi le rameau qui porte trop.

         Plus tard, en juin, alors que la vigne se sera développée, viendra l’heure d’« attacher » la vigne (comme on dit dans la Vallée du Rhône) ou de « relever » la vigne (comme on dit en Bourgogne). Attacher ou relever, deux mots qui donnent à penser eux aussi.

         Attacher la vigne, je l’ai fait, adolescent, dans les vignes de mes grands-parents, avec de la paille mouillée. Les échalas servaient de tuteurs. L’échalas ne donne rien, mais il permet à la vigne de tenir debout et aux raisins de prendre le soleil. Attacher ce n’est donc pas forcément emprisonner. C’est d’abord accepter un temps de développement et de fortification. Le geste pourrait nous faire réfléchir sur tous nos attachements : la famille, les collègues, le travail, nos belles traditions. Dans l’Évangile, le Christ nous invite à un attachement à son Père et à nos frères. Personne ne peut vivre isolément.  Nous sommes invités à nous rassembler pour rechercher ensemble ce qui relève de l’intérêt commun : c’est aussi le sens des coopératives, des syndicats agricoles ou des confréries. « Le bien de chacun est nécessairement en rapport avec le bien commun. » (CEC 1905)

         Mais « relever » la vigne est encore plus proche de la foi chrétienne. Le Christ s’est relevé d’entre les morts. Relever une vigne peut nous faire entrer dans ce geste du Père qui relève, qui ressuscite son Fils alors que celui-ci donne sa vie par amour pour tous et nous invite à l’imiter : « Demeurez dans mon amour ».

         Alors viendra en septembre un dernier geste : vendanger. La vendange est à la fois un acte et une récolte. Comme si l’acte se confondait avec ce qu’il produit : sans vendange pas de vendange ! Elle vient après une maturation, au moment favorable… comme Dieu vient au moment favorable dans une vie, une vie parfois tortueuse comme un pied de vigne ! Cela peut donner espoir à toutes les vies tourmentées, peu droites, parfois brisées. Choisir le moment des vendanges, le temps opportun, est un choix délicat. Il donne aussi à penser à tous les temps où Dieu estime favorable de nous faire signe, dans des instants particuliers de notre histoire, de notre propre vie. Souligner que la date de début des vendanges a avancé de 2 ou 3 semaines en cinquante ans nous donne de reconnaître à la vigne toute sa valeur de signe climatique. Mais cela peut nous encourager aussi à devancer les signes que Dieu nous envoie.

         Nous pourrions continuer ainsi à détailler notre attention à la vigne, aux vignerons, à notre travail et à nos récoltes. Chaque détail compte et donne à penser comme chaque grappe de raisin compte et donne à goûter. Il en est ainsi dans la vie de Jésus et dans l’Évangile. Chaque détail compte. Chaque parole de Jésus a du poids et un sens toujours approfondi. Un vigneron disait récemment : « On est un peu en communion avec la vigne, on ressent l’état de la vigne ». N’est-ce pas ce qui a aussi conduit Jésus à choisir la vigne pour dire un peu de son mystère. En communiant à nos vignes nous communions aussi entre nous et avec Dieu. Alors que sera notre vendange cette année ? Nul ne le sait encore vraiment. La Bonne Nouvelle c’est que nous ne sommes pas loin du royaume de Dieu si nous savons prendre le temps de nos tailles, de nos attachements, de nos relèvements, de nos récoltes. Jésus est la vigne, le Père le vigneron. Soyons simplement de bons sarments.

20190127 Vézelay20190126 Vézelay20190126 autel

Les commentaires sont fermés.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus